HYDROGRAPHIE DU TERRITOIRE

Retour sommaire

La commune est pauvre en cours d'eau, elle ne possède que deux ruisseaux au Sud du territoire :

- La Brumance

- Le ruisseau de Linant (sur les cartes le ruisseau des varennes)

Autrefois, les débits de ces deux cours d'eau étaient plus importants. Mais les puits de captage réalisés aux sources, notamment Aux Fontaines et à Sormery pour l'approvisionnement en eau potable de Turny et des hameaux, ont considérablement appauvri les ruisseaux. En 1972 le problème de pénurie d'eau existait dèjà.(voir echos de turny N°9 et N°15)

En 1990, dans son éditorial du bulletin d'informations municipale n°25, Alain BROUSSEAU Maire de Turny reconnaît, à l'occasion d'une sécheresse persistante, ce problème aigu.

« ... Il est certain que l'augmentation des captages notamment "Aux Fontaines" diminue le débit des eaux et crée des conflits en aval. Là aussi, il faut que cesse cette ridicule guerre de l'eau où chacun tente de s'approprier la totalité du maigre flot restant.

On ne peut admettre les tentatives sournoises de détournement ou de barrage qui laissent toute une partie à sec, provoquant la mort de la faune aquatique indispensable... »

a) LA BRUMANCE

Avant la Révolution, ce cours d’eau s’appelait Le Ru d’Evre. L’appellation actuelle lui a été donnée après la Révolution.

La Brumance est un affluent du Créanton qui lui-même se jette dans l'Armançon.

La Brumance prend sa source à Sormery, pénètre sur le territoire près de Boulay, alimente le moulin dit "De La Rivière", traverse le village des Maraults à la sortie duquel elle se divisait en deux bras avant 1976.

C'est à Turny, au niveau du « Moulin Neuf », que les cours d'eau retrouvaient avant 1976 un lit unique.

La Brumance quitte la commune à l’extrême Sud du territoire après avoir traversé le Bas Turny et longé tout le Sud –Est.

Le lit supérieur de la Brumance, situé entre Les Maraults et Turny, a été construit sur la pente du Champlain afin d'alimenter « Le Moulin Neuf" en énergie.

La terre glaise, que l'on trouve sur place et qui est très imperméable, a permis de réaliser des digues étanches. Cependant, des réparations permanentes ont été nécessaires pour entretenir ce lit artificiel. Une brèche, un trou de rat musqué ou bien une crue risquaient sans cesse de détourner le ruisseau tout entier vers son lit originel.

C'est précisément ce qui s'est passé à partir de 1976, date à laquelle « Le Moulin Neuf » a cessé ses activités. Le ruisseau, laissé sans entretien, a vu son débit se réduire jusqu'à l'assèchement complet dès 1980.

Au contraire, le lit aval a retrouvé toute son importance passée.

b) LE RUISSEAU DE LINANT

Le ruisseau de Linant prend sa source au lieu-dit "Prés Linant" ( situation carte géologique : P17- VI) appelé plus couramment « Les Fontaines » où se situait l'ancien lavoir de Courchamps.

Il traverse Linant, Les Varennes (dont une partie alimente le château), contourne Turny, se divise en deux au Pont de Grès.

La première partie du ruisseau rejoint la Brumance à Turny au niveau du « Moulin Neuf ».

La seconde partie alimente les fossés d'un ancien château seigneurial (3) situé au Bas Turny, puis se jette dans la Brumance, dans le même hameau.

Le village de Turny est implanté sur une faible pente d'inclinaison Nord-Ouest, Sud-Est. Cette pente naturelle, d'ailleurs plus prononcée au Nord-Est du village de Turny et aux environs du cimetière actuel, laisse supposer que le ruisseau de Linant se jetait naturellement dans la Brumance près de la limite des lieux-dits de la Grande Motte et Chènevière des Maraux (situation sur la carte des lieux-dits : G10 -VIII et C16-VIII)).( appelé plus couramment « Les Fontaines » où se situait l'ancien lavoir de Courchamps.

Il traverse Linant, Les Varennes (dont une partie alimente le château), contourne Turny, se divise en deux au Pont de Grès.

La première partie du ruisseau rejoint la Brumance à Turny au niveau du « Moulin Neuf ».

La seconde partie alimente les fossés d'un ancien château seigneurial (3) situé au Bas Turny, puis se jette dans la Brumance, dans le même hameau.

Le village de Turny est implanté sur une faible pente d'inclinaison Nord-Ouest, Sud-Est. Cette pente naturelle, d'ailleurs plus prononcée au Nord-Est du village de Turny et aux environs du cimetière actuel, laisse supposer que le ruisseau de Linant se jetait naturellement dans la Brumance près de la limite des lieux-dits de la Grande Motte et Chènevière des Maraux (situation sur la carte des lieux-dits : G10 -VIII et C16-VIII).(situation sur la carte des lieux-dits : G10 -VIII et C16-VIII).(situation sur la carte des lieux-dits : G10 -VIII et C16-VIII).

Le tracé que nous lui connaissons a sans doute été fait en deux fois.

D'abord, à la fin du premier millénaire pour alimenter en eau les fossés de la Motte Féodale et sa basse cour qui deviendra plus tard un village fortifié au Nord -Ouest, près du lavoir actuel.

Cet endroit précis d'alimentation est judicieusement choisi parce qu'il est situé au point le plus haut et permettait de créer ainsi un courant d'eau naturelle dans les douves de l'ex-Turris fortifié tout autour du village

Notons d'ailleurs que la municipalité dans les années 1970 a réalisé des travaux pour le détournement d'une partie des eaux du ruisseau de Linant afin de créer un courant naturel dans ces fossés ( ( B. DURANTON se plaignait déjà  en 1854 du mauvais écoulement de ces eaux- Annuaire de l'Yonne P.434).

La preuve de ce premier détournement nous est apportée par la profondeur du lit qui est d'environ 4 mètres dans un segment du ruisseau très localisé, de 800 mètres environ, situé en aval du château des Varennes sur le lieu-dit précisément des Varennes (situation sur carte de lieux dits: Vl -VIII)(situation sur carte de lieux dits: Vl -VIII)(situation sur carte de lieux dits: Vl -VIII).

Cette profondeur importante du lit, à cet endroit unique du cours du ruisseau, ne peut s'expliquer que par une intervention de l'homme. L'érosion naturelle n’aurait pas laissé une empreinte aussi profonde ou bien elle l'aurait faite sur tout le tracé du cours d'eau.

Il semble logique de conclure à la création d'un lit artificiel destiné à maîtriser le détournement du ruisseau de Linant.

Ensuite au XVIIème siècle, le deuxième aménagement du cours du ruisseau de Linant a été réalisé pour alimenter les douves du château du Comte de CHEMERAULT  au Bas Turny.

Le bassin du Pont de Grès, situé route du Pont de Grès, remonte sans doute à cette époque. Cet astucieux système permet de réguler le débit d'alimentation des douves du château. Le pont de Grés était jusqu'au début des années 1970 un pont de pierres en grès. Après cette date, la municipalité remplace celui-ci par un pont en ciment.

Le principe consiste à donner la priorité d'écoulement au château par un système de deux chutes d'eau dont l'une, celle qui permet d'irriguer les fossés du château, est beaucoup plus basse que la seconde.

Par ailleurs, des vannes de régulation permettaient de faire varier à volonté les régimes respectifs des deux ruisseaux.

Notons que cet aménagement du réseau hydrographique au bénéfice des différents seigneurs de Turny n’était pas le seul. Ce que nous appelons communément aujourd'hui "La mare à Colo" était, au XVIIIème et début du XIXème siècle, un magnifique bassin alimenté par la Brumance suivant les clauses d'un bail entre Mme de LA ROCHEFOUCAULD propriétaire du Moulin Neuf et Mr PAILLERY, meunier.

Soulignons enfin l'aménagement du ruisseau de Linant réalisé par la famille SALLOT DE MONTACHER, au XVIIème siècle, pour faire fonctionner le moulin des Varennes situé dans la ferme, près de la chute d'eau, et qui faisait l'huile de lin. (Annuaire de le Yonne- année 1854 - Bénony DURANTON P.420).

Par ailleurs, un système de vannes permet encore d'alimenter les douves du château.

Pour conclure, il convient de souligner l'importance du rôle joué par les deux cours d'eau dans l'histoire de Turny et de ses hameaux.

Bénony DURANTON affirme d'ailleurs que l'origine du nom Turny est en partie due à la présence de ces ruisseaux ((Annuaire de le Yonne- année 1854 -Notice sur Turny P. 392).

Incontestablement, la proximité de ces deux cours d'eau a représenté un intérêt vital pour les habitants : d'abord pour abreuver le bétail, mais aussi pour la protection de « La Motte Féodale » à la fin du premier millénaire, devenu un village fortifié affranchi au XVIème siècle.

Plus tard, lorsque la campagne deviendra plus sûre, les Seigneurs de Turny utiliseront l'eau à des fins d'agrément. La ferme de la motte a longtemps utilisé les eaux de la brumance pour ses larges fossés

Enfin ces ruisseaux ont rendu différents services aux habitants comme par exemple :

- Faire fonctionner les moulins aux Maraults, à Linant, aux Varennes, à Turny,

- Le rouissage du chanvre et du lin dans la cascade du pont de Grès,

- Les lessives dans les nombreux lavoirs publics ou privés,

- Il ne faut pas négliger enfin la source de nourriture que représentaient ces cours d'eau très riches en truites.

Aujourd'hui encore, la truite de Turny attire sur les rives de la Brumance et du ruisseau de Linant de nombreux pêcheurs. Malheureusement les pollutions dues aux nitrates apportées par l'agriculture locale, ont considérablement altéré la qualité des eaux de ces ruisseaux, et la truite est menacée de disparition.

 

Retour sommaire

(4) Analyse de l'eau - voir pièce annexe

 

Ci dessous, partie du lit du ruisseau de Linant creusée (lieu- dit « Les Varennes » près du cimetière –printemps 1985)

 

Carte des ruisseaux

wpe4.jpg (88267 bytes)

Les chiffres rouges de 1 à 8 sur la carte correspondent aux lieux de  prises de vues présentées ci dessous

(Prise de vue N°1printemps1985) Jonction du lit inférieur et du lit supérieur  de la brumance prés du moulin neuf

Lit supérieur de la Brumance entre les Maraults et le Moulin Neuf asséché en 1976. (prise de vue N°2-1985-)

La source des Fontaines - prise de vue n° 3 (novembre 1997)

La mare à « COLO » Prise de vue n°8 ( 1985)

Le ruisseau de Linant à l’Est de Turny Prise de vue n°5 (Nov 1997 et juin 2004)

LA BRUMANCE (Prise de vue N°7)

wpeB.jpg (75408 bytes)

Chute d'eau "Pont de Grès" partie du ruisseau de linant allant au château du Bas-Turnypartie du ruisseau de linant allant au château du Bas-Turny. Prise vue N°4 (1985)

 

 

Chute d'eau du ruisseau de linant près du château des varennes. Prise vue N°6-1985

Retour sommaire